Restaurer les temples d’Angkor sur trois générations

Sur un chantier de restauration près de la porte orientale du temple de Ta Nei, dans le parc archéologique d’Angkor, une équipe d’une dizaine d’ouvriers, jeunes et moins jeunes, s’activent pour préserver ce monument de la fin du XIIe siècle.

Dane Path est allé à la rencontre de ces ouvriers qui aiment et sont fiers de leur travail.

 

Chaque membre de l’équipe a un rôle spécifique à jouer. Pendant que certains ouvriers réparent la partie inférieure du temple, d’autres montent sur l’échafaudage pour travailler sur la partie supérieure. D’autres encore sont occupés aux portes du temple à faciliter l’écoulement des eaux de pluie.

 

Eik Eam, 62 ans, est le plus ancien de l’équipe.. Il travaille à la taille des pierres, une tâche spécialisée dans les travaux de restauration. Vêtu d’un T shirt bleu marine, d’une chemise blanche, d’un pantalon gris et portant un casque de chantier, il range ses outils dans un petit sac.. Il porte des lunettes aux verres épais et est entièrement concentré sur la section du temple sur laquelle il travaille.

 

restauration des temples angkors 12 Hong Sreyna
 Hong Sreyna

 

Voilà 23 ans,  que Eik Eam s’occupe de la restauration et de l’entretien de monuments. Comme ouvrier du bâtiment en 1999, il a d’abord travaillé à démonter des pierres et à les remonter comme elles devaient l’être. Aujourd’hui, il s’est spécialisé dans le taillage des pierres.

 

« Lorsque j’ai commencé à travailler ici, mon travail consistait à rassembler les pierres », nous confie-t-il. « Plus tard, je les ai assemblées et maintenant je les façonne afin qu’elles s’ajustent comme elles le devraient. »

 

Formé par un spécialiste de la restauration, Eam a travaillé sur plusieurs des monuments les plus célèbres d’Angkor, notamment sur les temples du  Baphuon, de Ta Prohm, de Preah Rup, du Mébon oriental, de Ta Nei et le sur le baray de Sra Srang. Il a également travaillé sur le réservoir d’eau du Banteay Chhmar, un temple angkorien dans la province de Banteay Meanchey.

 

Qu’ils soient architectes, archéologues ou ouvriers, tous ceux qui travaillent sur ses monuments  se passionnent pour leur préservation afin de livrer à la postérité des éléments du patrimoine culturel du pays.

 

« J’aime vraiment ce travail », a déclaré Eam.

J’ai quitté mon emploi précédent d’ouvrier du bâtiment, même si on m’offrait un meilleur salaire.

 

 

Les structures angkoriennes et pré-angkoriennes laissées par ses ancêtres khmers l’émerveillement vraiment et le rendent d’autant plus attentif  à ce qu’elles restent debout pour les siècles à venir, nous dit-il.

 

Pour lui, ses compétences n’égalent pas celles des bâtisseurs de ces temples. Il est cependant fier de contribuer à préserver ce qu’ils ont construit il y a des siècles. Et il souhaite que les éléments du parc archéologique d’Angkor continuent d’être restaurés afin qu’ils puissent subsister encore longtemps.

 

 

Les travaux de restauration prendront-ils fin un jour, laissant les ouvriers spécialisés comme lui sans emploi ? 

« Nous ne finirons jamais de restaurer ces temples, il y en a tellement ici », déclare Eam.

Mon grand-père restaurait les temples. Mon père aussi . Et maintenant, c’est moi. Trois générations de ma famille y ont travaillé et elle n’est toujours pas terminée. 

 

 

 » J’ai été inspiré par mon père « , se souvient Eam. « Quand j’étais enfant… et que mon père restaurait un temple, il m’amenait toujours voir son travail. J’ai vu leurs sculptures et je les aime depuis que je suis enfant. »

 

Il regrette de ne pas avoir pu apprendre le travail directement de son père. Mais il était trop jeune à l’époque et lorsqu’il fut en âge d’apprendre, la guerre avait englouti le Cambodge.

 Hong Sreyna
 Hong Sreyna

Propos recueillis par Path Dane pour Thmey-Thmey Cambodianess.

Laisser un commentaire